• Christophe GIRONIS

Création de forêts fruitières expérimentales

Dernière mise à jour : 28 août

Tout est dans le titre ! Oui, quoi dire de plus ? Le projet part d'une idée qui sommeille et de rencontres qui éveillent ! Avec l'association, nous avions commencé à travailler sur la réalisation d'un projet de "transformation" d'une ancienne zone agricole en reboisement. L'idée était d'y greffer et implanter des variétés nourricières afin de développer une ressource locale pour la commune... En étant en cours de réaliser mon BPREA en arboriculture, j'ai fait la rencontre de plusieurs arbo et agriculteurs installés ou en cours de, qui avaient l'envie d'apporter un nouveau regard à cette activité passionnante mais tellement chronophage ! Là est le problème. Une fois installé à "essayer" d'en vivre (c'est bien malheureux de le présenter ainsi) il n'est plus trop question de tester à tout va de nouvelles méthodes agricoles parfois encore fraîchement arrivées à l'échelle de l'exploitation professionnelle... je ne dis pas que certains ne s'y frottent pas au quotidien mais j'ai bien senti une frustration de ne pas pouvoir développer plus ! Ce constat ne pouvait rester là dans une impasse, n'étant pas pris dans cette machine infernale qui nous pousse à produire toujours plus, même si je devrais bien moi aussi, je me suis donc réveillé en me disant qu'il était dans nos compétences de pouvoir épauler certains de ces projets. Aussi c'est avec un enthousiasme et une motivation débordants que je me suis lancé dans le projet de réaliser une étude sur le rendement de parcelles en forêt fruitière. Le but est de travailler des modèles pour arriver à proposer quelque chose de concurrentiel en terme de productivité afin de pourvoir motiver des professionnels à s'orienter vers une agriculture alternative beaucoup plus respectueuse de la nature et nous l'espérons plus résiliante et bien entendu viable en terme financier.

Ce projet ne se fera pas en un an, il faut le temps que les arbres puissent entrer en production et l'arboriculture c'est long. Il faut compter au minimum 3 ans pour commencer à produire mais plutôt 5 ans pour faire une étude plus représentative.

Il n'est pour le moment pas subventionné ; je travaille bénévolement dessus mais nous allons faire en sorte de trouver des financements pour mener à bien ce type d'étude.

Nous avons déjà deux parcelles d'environ 3000 et 4000 m2 qui nous ont été mises à disposition pour cette étude. J'en cherche une troisième pour compléter l'étude.

Pour avancer plus vite d'ici cet automne, je cherche des petits financements afin de pouvoir planter quelques dizaines d'arbres ; voilà, le message est passé.


Ci-dessous, greffage dit "à oeil dormant" de Mirabelle de Nancy sur prunellier (fin août 2021)


30 janvier 2022 : La troisième parcelle a été définie dans les temps pour pouvoir lancer cette étude sur les trois terrains en même temps.




Une parcelle est située plein sud en légère pente sur la commune de Auberives-en-Royans. Elle est issue d'une coupe rase sur une surface d'environ 3000 m2 et sur un sol calcaire limoneux, voir même argilo-calcaire sur certaines zones, avec un substrat humifère aléatoirement réparti sur la parcelle. Ce terrain était anciennement boisé de feuillus dont majoritairement planté de chênes, robiniers, tilleuls, frênes, érables sycomores et champêtres et merisiers (en photo ci-dessous, avec au premier plan, les rejets de robiniers qui, une fois coupés et broyés, serviront de substrat pour enrichir le sol). Les essences secondaires comme le noisetier, les cornouillers, la viorne, le prunellier et l'aubépine sont en grande partie conservées et serviront pour certaines, de porte-greffes.



La seconde parcelle est située sur la commune de St André-en-Royans sur un terrain en pente également. Il s'agit d'un ancien parc à chevaux en reboisement clairsemé avec sur la quasi-totalité un sol tapis de fougères. Quelques merisiers ont déjà été greffés. Il y a pu d'aubépines et de prunelliers exploitables. Les arbres en places définissent les zones de plantations et seront limitant car ils ne seront pas enlevés. La parcelles d'environ 3000 m2 exposé sud-est est plantée de grands tilleuls, frênes, chênes et merisiers ainsi que de quelques robiniers en bordure.


La troisième parcelle située en haut de la commune de Pont-en-Royans, en pente sur des contre-forts rocheux est également exposée plein sud. Le terrain calcaire est une ancienne prairie de pâture en cours de reboisement en bordure d'une forêt sur la partie nord et d'un ancien verger au sud et à l'est. La parcelle est envahie de gros plants d'églantier dont beaucoup vont être enlevés. Les essences d'arbres majoritaires sont des chênes de petites tailles, des érables champêtres et des robiniers sur la partie ouest. Deux gros bosquets de prunelliers vont être éclaircis pour être greffés. De nombreux jeunes pommiers francs et poiriers francs vont également être conservés et greffés au printemps. Il y a peu de merisiers et quelques châtaigniers et aubépines.


Travaux de fin d'hiver :

Fin du débroussaillage d'automne et production de paillage.


Installation d'un système d'irrigation gravitaire à goutteurs (2 L/h).


Mai 2022 : Le projet a bien avancé dans sa globalité. Les plantations sont terminées (et peut-être complétées d'une trentaine d'arbres au maximum fin novembre 2022).

Le greffage à l'anglaise compliquée pour la majorité et en fente sur certains cas particuliers, a été une franche réussite avec quasi 80 % de tôt de reprise en avril !



Ci-dessus, greffage sur aubépine déjà bien formée d'un poirier (variété "Alexandrine Douillard") avec trois greffes à l'anglaise compliquée et une fente sur le tronc principal pour compléter et équilibrer l'arbre. Au 15 mai 2022, les quatre points de greffages ont tous bien démarré.

Tentative de greffe en fente d'olivier (variété "Lucques") sur frêne (pas de réussite à ce jour pour ce greffage).


Greffage de plusieurs variétés de cerisiers sur merisier (et quelqu'uns sur prunellier) ; fort tôt de réussite (greffe à l'anglaise compliquée des variétés "Summit", "Van", "Burlat", "Napoléon" et "Coeur de Pigeon").


Le greffage a été fait sur les parcelles d'Auberives et Pont avec, entre quarante et cinquante greffes réalisées sur chaque parcelle. Le manque de temps et de prote-greffes n'ont pas permis de réaliser des greffes à Saint André.


Sur Auberives-en-Royans, ont été greffées :

  • sur aubépine, 4 variétés de poire et 3 variétés de nashi

  • sur prunellier, 2 variétés d'abricot, 1 variété de cerise et 5 variétés de prune

  • sur merisier, 5 variétés de cerise

  • sur frêne, 2 variétés d'olive

Sur Pont-en-Royans, ont été greffées :


  • sur prunellier, 6 variétés de prune et 2 variétés d'abricot

  • sur poirier franc, 2 variétés de poire et 1 variété de nashi

  • sur pommier franc, 2 variétés de pomme.

Les Nashi ont une reprise rapide et vigoureuse après greffage sur aubépine. A voir par la suite, comment va se comporter l'arbre.


Prochaines étapes :

  1. Mettre opérationnel l'irrigation sur la parcelle d'Auberives

  2. Finir le paillage sur les trois parcelles (fumier paillé de cet hiver, pour la fertilisation et BRF, tonte, compost, paille...)

  3. Mettre en place le système d'irrigation sur la parcelle de Pont, avec idéalement la création d'un bassin de rétention d'eau sur la partie haute.

  4. Mettre en service la cuve de récupération d'eau de pluie sur le terrain de St André.

Fin juillet 2022 :


Quelles sont les dernières nouvelles sur ce projet ?

Ces derniers mois secs au pied du Vercors ont ils eu raison de nos plantations ? Les greffes ont-elles bien démarré ? Quelles prochaines greffes et plantations commencent à ce réfléchir pour compléter les parcelles ?


La sécheresse n'a pas été la bienvenue mais les arbres plantés cet automne ayant bien démarré, résistent bien jusqu'à présent. Le plus dur est sans doute passé car nous avons une cuve et le système de goutteurs en place sur la parcelle d'Auberives. Une autre cuve vient d'être installée en bas de la parcelle de Pont. Et pour St André, l'épaisse couverture végétale composée de fougères a permis de limiter le dessèchement du sol, du moins de bien le ralentir, permettant ainsi au arbres de ne pas trop subir les fortes températures et le manque de pluie.

L'irrigation sur chaque parcelle est très limitée. Environ 5 litres d'eau (maximum) sont distribués par semaine par arbre. Celà permet de maintenir les arbre mais limite leur croissance, voir la stoppe carrément.


Les arbres greffés étant bien implantés dans l'ensemble, subissent moins la sécheresse (prunelliers, poiriers francs et aubépines peu sensibles, merisiers plus sensibles).

Les greffes à l'anglaise compliquées réalisées courant mars ont bien poussé. Pruniers et Nashi ont eu un démarrage de pousse très fort (plus particulièrement les variétés de reine-claude greffées sur prunelliers).



Prévues, des greffes sur oeil dormant après le 15 août.


Et pour les prochaines plantations en racines nues prévues pas avant fin novembre, il y aura sûrement (si on a quelques dons sympas...) des abricotiers et des oliviers. Egalement de la vigne va être tester sur la parcelle d'Auberives et des agrumes rustiques sur le sol de tourbe de fougères de St André (les citronniers Poncirus ayant bien démarré).


Nous tenons à remercier l'équipe de notre hébergeur de boîte mail "ECOMAIL" qui va nous subventionner pour la création d'une rétention d'eau en haut de la parcelle de Pont-en-Royans. Ce projet qui se fera cet automne, servira à irriguer la parcelle fruitière pour les deux tiers de sa capacité en eau et restera en marre permanente pour le reste. Cette contribution nous permettra également d'acheter un tensiomètre et un jeu de sondes tensiométriqes afin de connaître plus précisément les besoins en haut des plantations et de mieux gérer cette ressource précieuse. Encore merci à eux pour ce soutien !






60 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout