top of page
  • Photo du rédacteurLætitia Genitoni

Aux Arbres Citoyens !

Dernière mise à jour : 26 juin




je mets le fichier pdf ci-dessous car la vue n'est pas très nette :


Programme adhérents 2024
.pdf
Télécharger PDF • 731KB

En quelques mots, comment se déroule une année de vie dans l'association Paleop'Terre. Peu de personnes sont impliquées dans les projets de revégétalisation qui sont à ce jour, le poumon de l'association.


Abricotiers greffés sur prunelliers en place (avril 2022 ; verger forestier d'Auberives-en-Royans)


Le suivi de la micro-forêt fruitière implantée sur le campus universitaire du Bourget-du-Lac devrait s'achever fin d'année 2024 mais pour avoir des données (température, hygrométrie, croissance des arbres, biodiversité...) il faudra encore quelques années de relevés faits bénévolement en 2025 et 2026.


Micro-foret fruitière de 200m2 plantée en 2021 sur le campus universitaire du Bourget-du-Lac (Savoie).


Par ailleurs, la volonté première de Paleop'Terre est de créer deux ou trois projets de revégétalisation urbaine par an (micro-forêts, haies diversifiées, vergers...). Afin de limiter le coût de ces plantations, pour l'importance du côté pédagogique (recherche et récolte de graines, semis, parfois greffage...) et pour gérer la quasi-intégralité des plantations (audit de pépiniéristes locaux, création d'une pépinière labellisée végétal local prévue en 2025), durant l'année, les revenus des animations proposées à l'atelier et en prestations extérieures (initiation au tournage sur bois, découverte de la paléontologie, utilisation des plantes tinctoriales...) servent uniquement à l'achat de matériels (appareils de mesures, outils de jardinage, jeunes arbres, protection des arbres...) et au frais de fonctionnement (déplacements, stagiaire...). Toute la partie entretien du sol, plantation, taille... facturée actuellement est reversée dans ces frais. Pour faire vivre l'association et suivre ces projets, il faut donc des rentrées financières complémentaires qui peuvent être des dons (anecdotiques), des subventions (rares et faibles) et des adhésions à l'année de nouveaux membres (pas suffisantes).


Pour créer un projet de revégétalisation ayant multiples vocations (nourricier, protection de la biodiversité, filtration atmosphérique, pédagogique...) il faut d'abord démarcher un propriétaire terrien privé (pas de subvention possible) ou public (municipalités, région...). Une fois un accord réalisé, il faut trouver des fonds pour financer le projet (entre décembre et février généralement pour les dossiers de demandes de subventions). Puis dans un même temps (début d'année), il faut faire une petite étude du sol, dimensionner la quantité de "paillage" nécessaire pour retrouver un sol vivant, trouver le substrat (idéalement au moins six mois avant la plantation). Au même moment, en tout début d'année, les graines de futurs semis doivent être mise en stratification froide (c'est à dire sélectionnées et placées dans un substrat légèrement humide à une température positive proche de 0°C). Par ailleurs, janvier est aussi le mois pour récupérer des greffons d'essences fruitières lors de la taille douce de vergers déjà plantés. Ces greffons sont également stockés au frais en attente de la saison de greffage qui court entre mi-mars et mi-avril. L'hiver est aussi la saison de la taille de mise en forme des jeunes fruitiers (au moins les trois premières années) et de l'apport modéré de fertilisant naturel (fumier de vache, brf (bois raméal fragmenté), crottin de chèvre...). Le début du printemps est donc la période cruciale des semis des futurs arbres et également la courte période importante du greffage des porte-greffes.

Le greffage de printemps se fait sur une durée d'un mois pluvieux avec une méthode chronophage et assez technique (greffe à l'anglaise compliquée principalement) mais qui génère de bons résultats (environ 80% de taux de reprise). Mai, juin sont les mois pour la gestion du couvert végétal au sol et du débroussaillage fréquent. C'est aussi le redémarrage des suivis de la pousse des arbres, éventuellement le contrôle des maladies et le suivi des relevés métrologiques (tensiométrie, luminosité, température...).





Suivi des maladies apparues sur les fruitiers de la micro-forêt fruitière du Bourget-du-Lac (mai 2023 ; rouille sur aubépine, cloque sur groseiller et entomosporiose sur cognassier).


Ces mesures sont faites quotidiennement sur différentes parcelles d'étude jusqu'au milieu de l'automne. A partir du printemps, les suivis de la biodiversité sont aussi une activité importante et qui demande du temps sur le terrain.



Irrigation par goutte-à-goutte et suivi tensiométrique sur ligne alternée de pêchers et pommiers (juin 2023 ; verger forestier d'Auberives-en-Royans).


De juillet à août, c'est la période de surveillance de la pousse des végétaux et de la gestion de l'irrigation (parfois manuelle). La fin d'été (entre mi-août et mi-septembre) c'est la courte saison du greffage sur œil dormant (plus simple et plus rapide que l'autre technique mais qui nécessite un peu plus de suivi par la suite).



Poirier (variété "Conférence") greffé sur aubépine en place (greffe à œil dormant réalisée fin août 2021 ; verger forestier de Pont-en-Royans).


Cette période est aussi le moment des sorties de repérage des futurs points de récoltes de graines pour les prochains semis. Les récoltes se font à partir de l'été et courent jusqu'en octobre. Il s'agit encore d'une activité qui demande beaucoup de temps pour géolocaliser, aller cueillir sur place, puis trier les graines, les sécher et répertorier les lots. De là, on commence la préparation des plants qui vont partir sur les différents projets puis on enchaîne avec les plantations (de fin novembre à janvier).



Seconde zone arborée (70 plants) sur Le Bourget-du-Lac (Plantation participative de décembre 2023 ; Pôle Montagne, Bâtiment 3, USMB).


Voila plus en détail le cycle d'une année de gestion de projets de plantations diverses. A ceci, s'ajoute la recherche bibliographique scientifique et technique, la part importante de la quête de financements, le montage des dossiers de demandes de subventions, des dossiers de création des projets et de la promotion de futurs projets... un gros bloc également !


Ces projets sont passionnants mais chronophages et énergivores donc toute aide quelle qu'elle soit, sera toujours la bienvenue. Puis, ces projets sont encore plus intéressants s'ils sont partagés avec le plus grand nombre... il ne s'agit pas que de replanter, il s'agit d'en faire connaître les différentes merveilleuses raisons !


Alors, aux arbres citoyens !

20 vues0 commentaire

Comments


bottom of page